Sponsors:

LICENCES 2019

HORAIRES

CALENDRIER

ARCHIVE

SITES FAVORIS

Pour participer à des compétitions en Suisse en 2019, il faut remplir le formulaire de demande de licence.
Si vous avez moins de 18 ans, il faut y ajouter une attestation médicale.
Une fois que tout est rempli, il suffit de donner ces papiers à Arnaud.

DEMANDE DE
LICENCE

ATTESTATION
MEDICALE

Minimes (05/06)

Lundi

18:30-20:30 Ergomètre

Mercredi

15:00-17:00 Aviron

Jeudi

18h30-20:30 Jeux

Samedi

10:00-12:00 Aviron

Cadets (03/04)

Lundi

18:30-20:30 Jogging

Mardi

18:30-20:30 Ergomètre

Mercredi

13:30-15:00 Aviron

Jeudi

18:30-20:30 Jeux

Samedi

10:00-12:00 Aviron

Juniors (01/02)

Lundi

18:30-20:30 Jogging

Mardi

18:30-20:30 Jeux

Mercredi

15:00-17:00 Aviron

Jeudi

18:30-20:30 Ergomètre

Samedi

8:00-10:00 Aviron

Samedi

après-midi Aviron Elite

Dimanche

9:00-11:00 Aviron Elite

Dimanche

après-midi Aviron Elite


Calendrier 2019

Régates Régionales

2 février

Cross, Lausanne

10 mars

Ch. Romands d'Ergo, Vevey

6 avril

Critérium Lausannois

16 juin

Schiffenen

5 octobre

Championnats Romands, Divonne

6 octobre

régate de Divonne

Régates Nationales

27-28 avril

Lauerz

11-12 mai

Schmerikon

25-26 mai

Cham

8-9 juin

Sarnen

22-23 juin

Greifensee

5-7 juillet

Championnats Suisses, Lucerne

Tests FSSA

26 janvier

Swiss Indoors, Zug

27 janvier

Longue Distance, Mulhouse

23 mars

Longue Distance, Mulhouse

11-15 avril

Trials FSSA, Sarnen

2018

Accueil'18

Apprendre'18

Compétition'18

Randonnée'18

Media'18

Le Club'18

Album Photo'18

Fonds de Soutien'18

2017

Accueil'17

Apprendre'17

Compétition'17

Randonnée'17

Media'17

Le Club'17

Album Photo'17

2016

Accueil'16

Apprendre'16

Compétition'16

Randonnée'16

Media'16

Comité'16

Album Photo'16

Travaux'16

Rio'16

2015

Accueil'15

Apprendre'15

Compétition'15

Randonnée'15

Media'15

Comité'15

Album Photo'15

Travaux'15

2014

Accueil'14

Apprendre'14

Compétition'14

Randonnée'14

Media'14

Comité'14

Album Photo'14

2013

Accueil'13

Apprendre'13

Compétition'13

Randonnée'13

Divers'13

Comité'13

Club 8+'13

Album Photo'13

2012

Accueil'12

Apprendre'12

Compétition'12

Randonnée'12

Divers'12

Comité'12

Club 8+'12

Album Photo'12

London Olympic Games'12

2011

Accueil'11

Apprendre'11

Compétition'11

Randonnée'11

Divers'11

Comité'11

Club 8+'11

Album Photo'11

2010

Accueil'10

Apprendre'10

Compétition'10

Randonnée'10

Divers'10

Comité'10

Culture?'10

Album Photo'10

Youth Olympic Games'10

2009

Accueil'09

Apprendre'09

Compétition'09

Randonnée'09

Divers'09

Comité'09

Culture?'09

Album Photo'09

2008

Accueil'08

Apprendre'08

Compétition'08

Randonnée'08

Divers'08

Comité'08

Culture?'08

Album Photo'08

2007

Accueil'07

Apprendre'07

Compétition'07

Randonnée'07

Divers'07

Comité'07

Culture?'07

Album Photo'07

2006

Accueil'06

Apprendre'06

Compétition'06

Randonnée'06

Divers'06

Comité'06

Culture?'06

Album Photo'06

2005

Accueil'05

Apprendre'05

Compétition'05

Randonnée'05

Divers'05

Comité'05

Culture?'05

Album Photo'05

2004

Accueil'04

Apprendre'04

Compétition'04

Randonnée'04

Les Anciens'04

Comité'04

Jeunes Rameurs'04

Album Photo'04

Noël'04

  Championnats d'Europe    Lucerne, le 2 juin 2019

Les Championnats d'Europe d'aviron se sont déroulés du 31 mai au 2 juin à Lucerne sur le mythique plan d'eau du Rotsee. Cette régate rassemble les meilleures équipages de chaque pays européens et est une étape majeure au milieu de cette saison 2019 qui n'est pas moins que l'année de qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo de 2020. En effet, les places qualificatives pour les Jeux se jouent au mois d'août à Linz en Autriche aux Championnats du monde où l'on compte voir trois membres du Lausanne-Sports Aviron.

Le lausannois Barnabé Delarze remporte la médaille d'argent en double poids lourds (M2x) avec son coéquipier de Sempach Roman Röösli. A l'issue une course serrée de bout en bout, le bateau suisse termine à la deuxième place à seulement neuf centièmes du titre. Les trois bateaux médaillés terminent dans la même seconde, ce qui donne une idée du niveau de la compétition. Cette deuxième place laisse un peu le lausannois sur sa faim car l'équipage estimait avoir fait une meilleure course la veille lors de la demi-finale. Ce résultat montre de quoi ce bateau est capable et laisse présumer une fin de saison prometteuse.

Frédérique Rol a décroché le bronze à cette compétition avec sa coéquipière du Seeclub Zug Patricia Merz qui fêtait son anniversaire ce dimanche. Les deux filles ont couru dans la catégorie du double poids légères (LW2x). Cette catégorie est l'unique bateau comportant des poids légères aux Jeux Olympiques, ce qui renforce le niveau des concurrentes car il n'y a que deux sièges par nation dans cette catégorie de poids.

Là aussi, le podium s'est dessiné lors des 500 derniers mètres de la course qui ont été décisifs.

Troisième lausannois engagé dans cette compétition, Augustin Maillefer était aligné en quatre de pointe sans barreur (M4-). Il termine à la deuxième place de la finale B, soit à la huitième place dans cette compétition. La composition de ce bateau étant plus récente que pour ceux de Frédérique et Barnabé, une grande marge de progression est encore possible pour cet équipage en vue de la fin de la saison des régates.


Romain

  Régate de Cham    Cham, le 25 mai 2019

En ce beau matin du 25 mai 2019 nous nous sommes réveillés et sommes allés prendre le bus au club, mon bus était à 7:15. Pour nous rendre à Cham. Arrivé sur place nous commençons à monter les bateau.

Puis le 4-, en hâte de faire leur course, a finalement terminé dernier. Suite à cette déplorable défaite. Marc a boudé pendant longtemps. Puis vient l'heure de ma course. Je fais du double avec Timo, nous partons en tête de la course à environ un quart de longueur devant tous les autres. À environ 250 m nous nous retrouvons en deuxième position derrière le seeclub Richterwill et juste devant Morges. Ensuite à 1000 m nous entrons en collision avec la grosse bouée des mille mètres ce qui nous fait perdre 2 places nous sommes alors une longueur derrière les troisième. Donc nous prenons la décision de lancer le finish et nous réussissons à rattraper les troisièmes et à leur mettre une longueur nous arrivons finalement troisième. Il y avait aussi Leonardo et Alan qui ont fait du double ainsi que Ondrej et Aurélien. Ces derniers ont gagné. Et tous cela sous la pluie. Je n'avait plus de course après ça. Puis il a commencé à faire beau.

Quelque temps après vient l'heure de la course du 2- composé de Marc et Mathis. Et contre toute attente ils remportent la course. Cette victoire a bien remonté le moral de Marc qui jusqu'à avant sa course en 2- était d'une humeur coléreuse.

Ensuite il a recommencé à pleuvoir et certaine course ont été annulées à cause du mauvais temps mais cette pause n'a pas duré longtemps et les courses ont repris peu de temps après.

Ensuite viennent les courses en skiff cadets avec Leonardo, Ondrej et Aurelien. Ondrej et Aurelien remportent chacun leur course tandis que Leonardo termine troisième.

Ensuite il y a eu la course du quatre filles cadettes composé de Margot, Margaux, Anaïs et Yamina. Elle terminent quatrième.

Ensuite il y a la course tant attendue d'Aurélien et Ondrej, le quatre de couple. Le premier équipage composé de Ondrej, Leonardo, Aurélien et Alan et le deuxième équipage composé de Axel, Marc, Alexandre et Nolan . Le premier quatre domine la course tout le long et finissent premiers comme à leur habitude. Puis il y a eu encore le skiff minime avec Nathan, le quatre minimes fille et le double cadettes.

Quand le courses ont finit, nous nous sommes dépêchés de terminer la remorque et sommes allé nous doucher.

Après nous avons repris la route pour Lausanne en nous arrêtant au burger king où nous nous sommes régalé.

Finalement nous arrivons à Lausanne, rangeons les bateaux dans les hangar puis rentrons chez nous après une belle journée de régate.


Ludovico

  Régate de Schmerikon    Schmerikon, le 11 mai 2019

Comme chaque régate, les participants ont étés répartis dans différents bus. Les plus infortunés (ceux qui avaient les premières courses de la journée) ont dû partir à 5h30 avec la remorque.

Au bout de trois heures et demi de route nous sommes enfin arrivés à Schmerikon, l'endroit où avait lieu la régate. Malgré notre départ très matinal, nous étions un des derniers clubs à arriver. Dès que le bus s'est arrêté nous avons commencé à monter les bateaux dont nous aurions besoin en premier. Nous avons également eu le temps de monter la tente en prévention de la pluie qui devait arriver en cours de la journée.

L'heure de la première course du club arrivait à grands pas et les deux quatres de couples cadets sont montés sur l'eau. La course a été un succès et les rameurs des deux bateaux sont rentrés au ponton avec une médaille au cou, ayant chacun remporté leur série. Nous ne le savions pas encore, mais nous allions être les seuls à remporter de médaille pour le club ce jour là.

De retour à la remorque nous avons rencontré les autres rameurs du club qui venaient d'arriver et qui étaient occupés à monter les autres bateaux. Une fois cette tâche accomplie, nous nous sommes tous rejoint sous les tentes pour attendre nos courses. Tout le monde avait froid et il s'était mis à pleuvoir. Le résultat était un agglutination humaine constituée de rameurs qui se battaient tous pour avoir de la place pour s'allonger. Les prochaines quelques heures nous les avons passées à se reposer et à manger, tout en étant divertis par les remarques douteuses de Mathis.

Au cours de la journée, le vent s'est mis a souffler de plus en plus fort et vers 13h la régate a été suspendue. Les minimes filles, qui s'échauffaient sur l'eau en attendant leur course, ont dû rentrer sans pouvoir se mesurer à leur concurantes.

Nous avons étés informés que les courses allaient reprendre à 15h30 selon l'horaire établi le matin. Cela signifiait que certaines courses seraient supprimés, comme par exemple la course du 4- cadet (abréviation de quatre sans Mathis). Certains, comme par exemple Marc, étaient très déçus et trouvait injuste que leur course soit supprimée tandis que d'autres ne l'étaient pas.

Cette injustice a été réglée quand à 15h les organisateurs ont annoncé que la régate était annulée. Là, c'était au tour d'autres de se plaindre car le vent s'était calmé un peu et le lac n'était pas bien pire qu'à midi.



Avant de partir nous devions remonter la remorque, ranger les tentes, prendre nos sacs et puis enfin manœuvrer la remorque jusqu'à un endroit plus propice au départ. Arnaud a profité de cette occasion pour prendre une multitude de photos qui substitueront celles qu'il n'a pu prendre au ponton d'arrivée. Juste avant de partir, une énorme rafale de vent est survenue et nous avons compris la raison de l'annulation de la régate. La rafale était si forte qu'un grand echaffaudage sur lequel était accrochée une télé est tombé sur deux bateaux d'un autre club et les a cassé en deux.

Les aventures touchaient à leur fin mais nous avions encore devant nous le long voyage de retour. Le vent a pris du temps à se calmer ce qui nous a obligé à rouler lentement et s'arrêter à plusieurs reprises. Dans le bus (composé exclusivement de gagnants sauf Fred qui est excusé pour nous avoir conduits) nous nous sommes amusés en regardant Leonardo paniquer à cause d'une minuscule araignée. Mathis quant à lui a essayé de nous faire chanter en chorale...sans trop de succès.

En conclusion plus de la moitié des couses n'a pas eu lieu et la plupart des personnes des autres bus sont venus pour rien ; à part deux minimes et deux masters seuls les infortunés qui sont partis le matin à 5h30 ont pu profiter de l'extasie procuré par une course !

Merci à Fred, Arnaud et Romain de nous avoir conduits!


Ondrej

  Régate de Lauerz    Lauerz, le 27 avril 2019

La journée a débuté assez tôt, le premier bus à 6h40 tout de même, mais je pouvais m'estimer heureux ( faisant partie de ce premier bus) car en comparaison avec les régates de l'année passée, ce n'est pas si tôt que ça.

Après presque trois heures de trajet à travers la Suisse, nous arrivons enfin sur la berge où se déroulent les préparatifs, les festivités et là où les bateaux sont entreposés, en attendant de prendre l'eau pleins d'espoirs de victoire. Malheureusement, le ciel est couvert et risque de le rester toute la journée. Il pleut même par moment.


Mais je n'ai pas le temps de m'attarder à contempler l'environnement typique d'une compétition d'aviron car il ne me reste qu'une heure et demie environ avant le départ de ma course en double avec Alan, donc tout juste le temps de monter notre bateau et de nous présenter au départ. 
Avant le lancement de la course, nous étions sceptiques car nous courons contre des équipages pouvant contenir des 2003, nos aînés d'un an. Mais une fois le départ lancé, nous nous sommes vite rendu compte qu'une médaille de seconde place est envisageable, avant de nous reconcentrer pour faire avancer le bateau du mieux possible. A 300 mètres de la fin, nous étions loin derrière les premiers, mais avec une avance considérable sur les troisièmes et quatrième, au coude à coude, prêt à lancer un finish si ceux ci venaient à essayer de nous remonter. Une fois la course terminée, nous étions satisfaits de notre performance au-delà de nos attentes. Après, il me restait presque cinq heures à patienter jusqu'à ma prochaine et dernière course de la journée, en 8+.


Après cette longue attente, c'est le moment de la toute première course en 8 de ma génération de cadets que nous attendions avec impatience mais dont nous n'attendions pas grand chose.

Après le départ, nous prenions la dernière place, juste derrière le mixte tessinois, et assez loin derrière Zurich, Vevey et une mixte Aarburg-Bale. Nous finissons finalement 4ème après un problème du côté des tessinois.


Juste après cette course, une tempête a éclaté sur Lauerz, nous donnant du fil à retordre pour accoster en 8, mais nous avons finalement réussi après de nombreux échecs et plus de 10 minutes de tentatives. Peu de temps après, les compétitions ont été arrêtées pour la journée. Nous avons alors dû démonter les bateaux puis charger la remorque, pour finalement rentrer à Lausanne.


Nolan

  Stage de Pâques    Prague, du 12 au 25 avril 2019

Le voyage a commencé comme très souvent le samedi. Nous nous sommes tous rencontrés à l'aéroport de Genève. Après avoir réglé les problèmes de poids des valises (pour une fois Eliott n'en a pas eu) nous nous sommes dirigés vers la porte d'embarquement. Après une escale à Zurich où Marc a failli se perdre, nous sommes enfin arrivés à Prague. Nous avons ensuite pris le bus et avons débarqués dans le petit village qu'était Měrin ou nous avons rencontré Arnaud qui venait de faire 16h de route. La population du village a sûrement doublé pendant la durée de notre séjour. Arnaud a vite réglé les problèmes administratifs et nous a ensuite reparti dans les bungalows avec des choix plutôt étranges comme Ludovico et Nolan qui se partageaient une chambre ou encore Mathis qui était un chef, plutôt irresponsable, de bungalow.

Une journée typique à Prague se déroule comme ceci; nous nous réveillons pour aller prendre le petit déjeuner à 7h15 puis Arnaud nous dit quels bateaux nous faisons (hormis Mathis qui ne faisait que du 4- à son plus grand contentement), un premier groupe s'entraîne de 8 à 10h, et ensuite un second s'entraîne de 10h à midi, les deux groupes font un 2x30 minutes. Après cela nous nous retrouvons tous pour aller manger le repas de midi à la cantine. Cette année il n'y avait pas autant de frites que l'an passé ce qui a déplu fortement à Leonardo. Pendant le temps libre qui nous est accordé nous jouons aux cartes ou au foot ou bien même faisons la sieste. L'après midi nous nous entraînons en deux groupes de 14 à 16h et de 16 à 18h qui font chacun 2x40 minutes que de nombreux trouvaient trop longs. Nous allons ensuite au repas du soir et souvent nous jouons au foot après cela. Chaque soir un ou deux bungalows ont le droit d'aller à la piscine méditative de l'hôtel. Puis vers 20h Arnaud nous fait une présentation sur un thème étroitement ou vaguement lié à l'aviron tel que le dopage ou la musculation. A 21h30 environ nous avons fini et allons mettre un peu d'ordre dans chacun de nos bungalows avant l'inspection militaire d'Arnaud. À 22h nous nous couchons pour pouvoir enfin nous reposer.

Nous sommes arrivés un samedi, le dimanche et lundi furent des journées "typiques " mais le mardi était un jour spécial car nous allions faire une visite dans le centre-ville de Prague. Le matin nous avons fait un entraînement "ludique" qui a grandement amusé Arnaud. La visite de l'après midi a permis à la plupart des cadets d'aller se nourrir dans des restaurants gastronomiques et raffinés tels que le KFC ou encore le Burger King pour ensuite aller manger un trodlo.

Au bout du troisième jour d'entraînement la fatigue se faisait sentir. On remarque notamment Mathis qui dit à son équipage de 4- en parlant des chaussures de Hot : "Les noires elles sont bonnes mais elles font des cloques ". Ce qui a beaucoup fait rire ses coéquipiers à l'esprit perverti. Mais aussi Emilien qui dit à Matvei : "Arête de mettre la banane dans ta bouche ". Ce qui a aussi beaucoup fait rire tout le monde.

Le jeudi a aussi été un jour de pause car nous sommes allés visiter le zoo de Prague ce qui a beaucoup plu aux minimes car ils se sentaient comme chez eux. De vendredi à mardi nous n'avions aucune pause, donc nous avons fait 4 jours d'entraînement intensif qui se sont déroulés à peu près normalement, hormis Ludovico qui a commis un tacle assassin sur la cheville de Matvei. Matvei ne pouvait plus marcher et le lendemain était un jour de pause. Arnaud, pendant que nous étions en pause à amener Matvei à l'hôpital. Nous avons donc dû nous passer de leurs présences.

La visite c'était bien déroulé même sans la figure responsable d'Arnaud à nos côtés. Nous avons visité la cathédrale mais en avons aussi profité pour aller dans des restaurants luxueux comme le Subway ou le Mcdo et manger un trodlo. Puis nous sommes rentrés et avons encore écouté une présentation d'Arnaud.

Le lendemain était l'avant-dernier jour avant notre départ, nous devions donc faire la remorque dans l'après-midi. Nous nous sommes donc entraînés normalement le matin et avons fait un " entraînement " l'après-midi où Ulysse et Eliott ont failli se faire percuter par un voilier ( seule rame d'Eliott a péri dans ce duel effroyable). Puis nous avons entrepris la longue et difficile tâche de monter la remorque. Eliott a copieusement insulté tout le monde " d'amateurs " et Yamina a cédé à la tentation qui la rongeait depuis des mois et a dit à Emilien : " Emilien déshabille toi ! ". Sans succès naturellement car ce jeune, trop pudique, a refusé de montrer son corps musclé et svelte. Puis nous sommes allés dormir.

Le lendemain, nous nous sommes réveillés à 5h15 et sommes partis à l'aéroport. Notre avion était à 9h45 et nous sommes arrivés à 11h. Nous nous sommes séparés pour nous revoir quelques jours plus tard à la régate de Lauerz. Arnaud et Ulysse quant à eux ont profité des 14h de route qui les séparaient de Lausanne.


Marc

  Championnats Romands d'Ergomètre    Vevey, le 10 mars 2019

Ce jour-là ils étaient près de l'eau

Tous parés à ramer sur des Ergo

Dans cet antre, ils se rendirent

Où ils allaient les haïr

En solitaire ou en équipe,

Ils ne cassèrent pas leur pipe.

Le doux vrombissement de ces machines
Leur procura quantité de dopamine
L'échauffement fut coutume,

En arborant notre beau costume.

Quand la course fut entamée,

De nombreux encouragements furent prononcés
Cette tâche enfin accomplie

Nous pûmes profiter de l'armistice de midi
Quelques plats et nous revoilà

Puis cette guerre recommença

La phase de l'après-midi

De déroula sans le moindre soucis

Puis la fin de la journée

Et tout le monde rentra se reposer.




Axel et Aurélien

  Stage de février    Temple sur Lot, du 24 février au 3 mars

Mes compères et moi partîmes en direction de Temple, oasis perdue dans le désert où sa rivière flexueuse qui y débitait nous procura tout le bonheur autrefois oublié. Après avoir parcouru une grande partie du périple, la troupe s'arrêta dans le but de se restaurer et de s'hydrater. Certains d'entre nous burent une quantité trop importante du précieux liquide qui permit la vie jadis ce qui nous obligea à nous sortir de l'autoroute quelques kilomètres plus loin...

Après de longues heures de route et quelques parties de cartes, nous arrivâmes à destination. Les chambres furent réparties entre les différents skiffeurs puis nous nous attelâmes à notre devoir qui était de monter les bateaux. Rameurs et entraîneur se préparèrent à aller appréhender notre futur bassin qui se tortillait dans tous les sens. Le petit groupe que nous étions se rendit ensuite dans le restaurant où nous pouvions savourer d'exquis fromages. Ces derniers plurent particulièrement à Marc qui les dévora avec enthousiasme.

Le premier jour d'entraînement commença lundi avec un petit déjeuner copieux. Nous nous pressâmes pour faire notre pied au large qui nécessitait des progrès majeurs. Peu de vent soufflait ce jour-là, nous profitâmes ainsi d'un cours d'eau plat, mais sinueux. Les journées types comportaient deux entraînements, le 2x30 matinal et le 2x40 au plaisir de tous. Le repas de midi, réel entraînement pour Marc, dont le nombre de mets était particulièrement important, nous permit aisément de nous assouvir. Le 2x40 n'est descriptible que par un seul mot, long.

Le froid glacial de Lausanne laissa place au soleil généreux de Temple qui justifia l'emploi de shorts et T-shirts qui de retour à Lausanne retourneront au fond des tiroirs. Les berges parsemées de mimosas en ravirent certains. C'est donc dans ce cadre idyllique que nous nous sommes entraînés. Bateaux ayant été nettoyés et les rameurs s'étant lavés, c'est maintenant au tour d'Arnaud d'aller furtivement se défouler. Repus, nous nous allongeâmes sur nos lits et n'attendions que de nouvelles aventures.

Mardi fut très semblable à lundi, dormir, ramer et manger furent nos activités presque exclusives. Le mercredi matin se produit un évènement singulier, une bataille confrontant un skiff à un double. Les deux embarcations propulsées à la force humaine se heurtèrent, Ondrej, à l'aide de son dos d'acier, brisa nettement la rame l'ayant violenté. Arnaud se dépêcha d'aider les potentielles victimes. Il s'enquit immédiatement de l'état du dos de notre rameur.



Pour reposer les jeunes, l'habituelle sortie de mercredi après-midi fut substituée par une brève visite aux grottes de Lascaux. Ces cavités qui ont été peintes il y a environ 20 000 ans, et qui pour certains ont du sens, sont vraiment magnifiques. L'immersion y est instantanée, à peine nous entrâmes dans la réplique que nous sommes noyés dans l'abondance de représentations animales. Vaches, chevaux et cerfs, amas de pigments étalés contre des parois, majoritairement ocre et noirs se côtoyaient en ce lieu.

Après cette demi-journée de repos, il nous restait plus qu'à rembarquer sur les skiffs. L'épuisement commença à se faire sentir lors des derniers entraînements. Les entraînements de cette fin de semaine différèrent des premiers jours que par le niveau de fatigue s'étant accumulé. La dernière sortie finie, on démonta les bateaux puis les chargea.

Le repas du soir fut riche en saveurs et en quantité, étant habituellement les retardataires même si on avait, en plus de la ration initiale, des restes conséquents. La portion impressionnante de pommes de terre nous permit de déguster la piquante moutarde de Dijon, ne sachant que cela serait aussi fort, notre teinte façonnée par le soleil vira au rouge écarlate. Nous rentrâmes ensuite dans nos chambres en titubant dû à notre ventre surchargé de patates. Nous fîmes par la suite nos valises, plus ou moins tard dans la soirée.

S'en suivit une dernière nuit dans notre humble tanière. Avant de prendre la route, nous nous restaurâmes et roulâmes à destination de Lausanne.


Aurélien

  Swiss Indoors et Longue Distance    Zug et Mulhouse, les 26 et 27 janvier 2019

Dans le matin du 26 janvier nous sommes partis à 9h de Lausanne pour aller à Zug où se déroulaient les Swiss Indoors. Le trajet jusqu'à Zug se passa normalement. Arrivés à destination, j'ai pris place sur les gradins puis j'ai regardé la course qui se déroulait à cet instant. Comme ma cours allait bientôt avoir lieu, je me suis préparé et échauffé. A 13h15 ma course à commencé. La course s'est plutôt bien passée. A la fin de ma course je me suis douché, habillé puis j'ai mangé ma salade de pâtes en regardant les courses des rameurs du club. Peu après que la dernière course se termina, nous sommes allés prendre la voiture pour retourner à Lausanne.

Le lendemain, nous avions rendez-vous au club à 8h45 pour aller à la deuxième longue distance de la saison à Mulhouse en France. Arrivés à Mulhouse nous avons mangé notre repas de midi. Comme il pleuvait, nous sommes restés dans la voiture pendant un moment. Deux heures avant notre course, nous avons commencé à monter les bateaux. En montant les bateaux nous remarquons qu'il y avait beaucoup de vent et que cela pouvait être problématique pour la course. Après avoir monté les bateaux, nous nous sommes mis en tenue puis sommes allés sur l'eau. Aux alentours de 15h30 nous sommes partis du départ pour une distance de 4000 mètres.

A la fin de notre course nous nous sommes rhabillés puis nous avons commencé à démonter les bateaux. Après avoir démonté et posé les bateaux sur la remorque nous sommes partis de Mulhouse pour rentrer chez nous, mais durant le trajet nous nous sommes arrêtés pour aller manger au McDonalds. Arrivés à 20h40 au club, chacun d0entre nous a pu rentrer chez lui.


Nathan

  Championnats du Monde    Plovdiv, du 9 au 19 septembre 2018

Les championnats du monde d'aviron de la saison se sont déroulés du 9 au 19 septembre à Plovdiv, Bulgarie. Cette régate est l'aboutissement de la saison pour les rameurs internationaux et rassemble les meilleurs compétiteurs de chaque pays. Trois rameurs du Lausanne-Sports Aviron se sont rendus à cette compétition, ce qui est déjà exceptionnel pour un club d'aviron.

Le lausannois Barnabé Delarze a remporté l'argent après une magnifique course en double poids lourds (M2x) avec son coéquipier Roman Röösli (Seeclub Sempach) en signant le meilleur résultat de sa carrière et en rapportant la première médaille lors de championnats du monde élite pour le Lausanne-Sports Aviron ! La médaille ne s'est dessinée que lors des derniers coups de rames tant le niveau est élevé dans cette catégorie. Cette médaille est d'autant plus importante que les qualifications pour les Jeux Olympiques de Tokyo de 2020 se disputeront l'année prochaine déjà. Après une saison difficile, l'entraîneur national Edouard Blanc a décidé de tester une combinaison inédite cette année en alignant le double Delarze/Röösli lors de cette compétition, pari qui a été plus que payant.

Quant à Frédérique Rol, elle a poursuivi sa superbe saison en terminant à la quatrième place en double poids légères (LW2x) avec sa coéquipière Patricia Merz (Seeclub Zug), confirmant les excellents résultats obtenus lors des dernières coupes du monde et des championnats d'Europe. Dans cette catégorie aussi, le classement de la finale ne s'est dessiné que lors des derniers coups de rames.

Un troisième rameur lausannois était présent lors ces championnats.

Il s'agit d'Augustin Maillefer qui effectuait sa première compétition internationale depuis les Jeux de Rio en 2016. Ce dernier s'est remis d'une blessure et n'espérait pas au début de la saison faire partie de cette délégation. Il termine à la 11ème place en quatre sans barreur (M4-), ce qui est plus qu'honorable pour un équipage fraichement composé.

Les résultats de ces championnats du monde montrent à quel point le travail effectué tout au long de cette année a porté ses fruits d'autant plus que les trois Lausannois rament pour la qualification pour les Jeux de Tokyo 2020.


  Championnats du Monde Universitaires d'Aviron    Shanghaï, du 2 au 13 août 2018

Trois membres du club ont eu la chance de prendre part aux championnats du monde universitaire : Kévin et Arnaud en tant qu'entraîneurs et Adeline, embarquée dans un 4 sans barreur avec Pauline Delacroix (Vésenaz), Katharina Brenig (RCBelvoir) et Kirstin Minas (RCBelvoir). Une première partie de la délégation universitaire suisse a débarqué le 2 août à Shanghai sous un soleil de plomb et une humidité extrème. 8 jours d'entraînements étaient au programme mais avant tout il fallait récupérer les rames et les coques, pas si simple lorsque la majorité des gens ne parle que le chinois. Par chance, nous avons été chaleureusement accueilli par Yo Wei, notre guide et interprète attitré. Son aide précieuse et la persévérance d'Arnaud nous a permis  de monter les bateaux sous une pluie diluvienne (petit typhon) et de ramer dès le deuxième jour. Afin de bien s'acclimater, nos journées se résumaient à s'entraîner le matin, parfois l'après-midi et découvrir Shanghai ou Zhujiajiao le reste du temps.

Comme pour de nombreuses compétitions, le début des courses est précédé d'une cérémonie d'ouverture, riche en culture, musique et couleurs. Les cinq équipages suisses ont débuté leur championnat le vendredi 10 août, tous ont dû passer en repêchage, pour certains une course en plus qui leur a permis de mieux trouver leurs repères. En résumé, trois embarcations se sont qualifiées en finale B et deux en finale A.

Adeline et ses coéquipières se sont classées 4ème, satisfaites de leur course et de terminer devant les américaines. Le second bateau finaliste, un 4- composé d'Alois, Marius et Emile Merkt ainsi que Jacob Blankenberg, repart avec une médaille de bronze.

Merci à la FISU pour l'organisation et le soutien, les entraîneurs pour leurs coaching, réglages et encouragements ainsi que toutes les personnes ayant contribué à cette magnifique expérience.


Adeline

  Championnats d'Europe    Glasgow, du 2 au 5 août 2018

Les championnats d'Europe ont eu lieu cette année à Glasgow, en Ecosse. C'était un événement multisports regroupant aviron, natation, plongeon, cyclisme, triathlon, golf et athlétisme (à Berlin). L'objectif était de mettre en avant des sports moins médiatisés. 

Nos premiers entraînements sur le lac de Cydesdale n'ont pas été faciles. En effet, on s'est retrouvé dès les premiers coups de rame dans des conditions météorologiques comme on les imagine en Grande-Bretagne... vent, pluie et grisaille, pas évident à ramer. Après deux semaines de camp d'entraînement à Varèse, le choc de température est bien réel. 

La compétition commence le jeudi. Nous faisons une très bonne course en éliminatoire mais un seul bateau peut se qualifier directement pour la finale A. Nous terminons à une seconde des polonaises et il nous faut donc passer par les repêchages le jour suivant. Nous gagnons les repêchages et sommes donc en finale des championnats d'Europe. Il y a beaucoup plus d'intérêt médiatique que ce à quoi nous sommes habituées. Nous devons donner quelques interviews pour la télé suisse-allemande, romande et la radio. La sécurité est également plus élevée et le nombre de volontaires impressionnant. 

Le samedi est un jour de pause. Toute une journée pour penser à ce que l'on peut faire mieux, et si oui ou non on va pouvoir battre trois bateaux ou plus pour faire un podium le jour d'après... mais aussi pour se reposer, récupérer et se réjouir de la course.... 

ITA ROU NED POL SUI GBR. Le feu est vert, le départ est donné. Nous connaissons notre plan de course par coeur et que cela soit l'éliminatoire ou la finale, nous essayons de l'appliquer le plus précisément possible.

Je ne sais pas exactement où nous sommes par rapport aux autres bateaux mais, grâce aux indications de Patricia, je sais à chaque coup que tout est possible, que rien n'est joué et que tout reste à faire. 

Sur la ligne d'arrivée, nous ne savons pas à quelle place nous avons fini. Mais nous savons que nous avons fait une super course et pu appliqué ce sur quoi nous avons travaillé les dernières semaines. Les nombreux spectateurs suisses nous font comprendre que nous avons gagné le bronze ! 

Cette médaille est une grande motivation pour les prochaines semaines d'entraînement pour les championnats du monde de Plovdiv, en septembre. 

Merci à tous pour vos messages et votre soutien ! 


Frédérique

Cliquer ici pour entrer dans l'archive 2018