Sponsors:

LICENCES 2018

HORAIRES

CALENDRIER

ARCHIVE

SITES FAVORIS

Pour participer à des compétitions en Suisse en 2018, il faut remplir le formulaire de demande de licence.
Si vous avez moins de 18 ans, il faut y ajouter une attestation médicale.
Une fois que tout est rempli, il suffit de donner ces papiers à Arnaud.

DEMANDE DE
LICENCE

ATTESTATION
MEDICALE

Minimes (04/05)

Lundi

18:30-20:30 Ergomètre

Mercredi

15:00-17:00 Aviron

Jeudi

18h30-20:30 Jeux

Samedi

10:00-12:00 Aviron

Cadets (02/03)

Lundi

18:30-20:30 Jogging

Mardi

18:30-20:30 Ergomètre

Mercredi

13:30-15:00 Aviron

Jeudi

18:30-20:30 Jeux

Samedi

10:00-12:00 Aviron

Juniors (00/01)

Lundi

18:30-20:30 Jogging

Mardi

18:30-20:30 Jeux

Mercredi

15:00-17:00 Aviron

Jeudi

18:30-20:30 Ergomètre

Samedi

8:00-10:00 Aviron

Samedi

après-midi Aviron Elite

Dimanche

9:00-11:00 Aviron Elite

Dimanche

après-midi Aviron Elite


Calendrier 2017

Régates Régionales

11 février

Cross, Lausanne

5 mars

Ch. Romands d'Ergo, Vevey

1 avril

Critérium Lausannois

11 juin

Schiffenen

30 septembre

Championnats Romands, Divonne

1 octobre

régate de Divonne

Régates Nationales

22-23 avril

Lauerz

6-7 mai

Schmerikon

20-21 mai

Cham

3-4 juin

Sarnen

17-18 juin

Greifensee

1-2 juillet

Championnats Suisses, Lucerne

Tests FSSA

28 janvier

Swiss Indoors, Zug

25 février

Longue Distance, Mulhouse

25 mars

Longue Distance, Mulhouse

13-17 avril

Trials FSSA, Sarnen

  Journée Romande d'Entraînement    Schiffenen, le 4 novembre 2017

En ce jour pluvieux, propre à la JREH,nous nous rendîmes à Schiffenen, dans le canton de   Fribourg pour la JREH. Arrivé sur place, avec mes compères, nous nous occupâmes de démonter la la remorque, ensuite nous montâmes notre bateau. Avec une lenteur remarquable, nous parvînmes à le monter. Quand nous eûmes enfin terminé cette tâche, nous nous rendîmes au chalet dans le but de changer d'accoutrement pour un qui se voulait sportif.

Fin prêt, nous portâmes notre bateau sans le faire tomber à l'eau, dans le but de se rendre au départ de l'entraînement. Après une course qui se voulait serrée nous eûmes droit à une petite récupération un peu disjoncté dont Ondrej nous fit honneur...

Après, nous eûmes droit à un excellent plat de pâtes, Alexandre le montre très bien en image... Après ce copieux repas, Ondrej se divertit avec son superbe téléphone dernière génération.

Avec mes acolytes nous nous préparions à la prochaine course qui s'annonçait pas extrêmement serrée... Fin de la course, nous retournâmes au ponton vivants (avec Ondrej on sait jamais), nous pûmes profiter du petit moment de répit. Et ensuite, nous démontâmes les bateau pour les installer sur la remorque.

Sous la pluie, quand la remorque fut terminé, Arnaud nous offrit de quoi nous restaurer à notre guise. Pour ranger le bateaux on ne peut dire qu'il y eu un engouement fou, peu de monde se porta volontaire. Pas un énorme étonnement... Voilà un résumé de la JREH.


Aurélien

  Championnats Romands    Divonne, le 30 septembre 2017

Ce matin là, je me suis réveillé vers 8h, mon réveil n'a pas sonné. Dans le stress j'appelais mes coéquipiers et par chance le père de Pierre pouvait passer vers chez moi me prendre. Après m'être préparé en vitesse, je rejoignis la voiture, où il y avait aussi Thomas et Yurgos, accueilli de sourires moqueurs. Puis le voyage commença. J'y appris qu'il n'y aurait même pas de zone d'échauffement et de récup à cause des algues qui diminuait la largeur du lac, et que la course ne ferait que 800mètres. Le voyage ne durait que 30 minutes.

Arrivés là-bas on s'installa à notre repère sous notre tente, comme l'année passée. Je commençai déjà à me changer pour mon premier éliminatoire en double avec Aurélien. L'air était frais et le ciel était tout gris, annonçant un énorme torrent d'eau pour plus tard.

Il faillait être le premier sur quatre dans la série pour se qualifier. On nous avait dit que pour 800mètres il ne fallait pas avoir peur de foncer dès le départ, que la course serait vraiment très courte. Arrivés au départ pas échauffés avec la boule au ventre, nous nous préparâmes mentalement. L'alignement était long. Au début je me suis dit que ça allait être dur d'être premier, mais pour finir les trois autres n'étaient pas vraiment très bons, et on s'est facilement qualifiés malgré quelques problèmes de direction. Je me suis même réservé pour la course d'après. On a eu de la chance quant à nos concurrents, contrairement à Matthias et Mathieu qui faisaient eux aussi du double cadet mais qui n'ont pas réussi à se qualifier dans leur série.

Une fois rentré, le bateau rangé, j'étais affamé. Je me suis jeté sur mes croissants et aussitôt Elouan m'a judicieusement engueulé pour ne pas les manger en me rappelant qu'on avait bientôt notre course en quatre. J'ai juste eu le temps de prendre un peu de thé magique à l'endroit où on pouvait s'en servir gratuitement.

La course en quatre allait être encore plus courte que celle en double, elle durerait moins de 3 minutes! Arrivés au départ, toujours la boule au ventre et pas échauffés, l'arbitre nous aligne. C'était directement la finale des quatre de couple cadets, pas de qualification. On savait que dans notre série il y avait un bateau qui nous a battu aux championnats suisses, mais que pour battre les autres bateaux, ça devrait aller. Après avoir été alignés, le départ fut lancé et aussitôt nous fûmes partis. De nouveau la direction n'était pas géniale, on faisait pleins de zigzags. Le quatre des costauds est tout de suite parti loin devant et on était côte à côte en concurrence contre un autre bateau qu'on a fini par devancer vers la fin de la course qui devenait de plus en plus dure. À l'arrivée, comme prévu, nous fûmes vice-champions romands!

Après ma seconde course, j'ai enfin pu dévorer mes sucrerie et Matthias m'a accompagné au Carrefour qui se trouvait à environ 700 mètres du champ de course pour mon repas de midi.

J'y ai pris des sushis et Matthias a pris à boire. On est retourné vers le champ de course à une table, et j'ai pu manger tranquillement mes délicieux sushis. Puis Matthias est parti chez lui en train et je me suis retrouvé seul avec la pluie, le froid, et de quoi réviser mes tests pour la semaine qui venait.

Vers le milieu de l'après midi, je rangeais mes affaires et rejoignis Aurélien pour se préparer à notre finale. Par chance, la pluie cessait quand nous montâmes sur l'eau, mais il faisait toujours aussi froid.

On se préparait et se retrouvait dans le bateau un peu en retard avec mon gros pull, ma gourde remplie du thé magique qui réchauffe, et mes chaussettes porte bonheur qui avaient fait leurs preuves auparavant. Dans notre finale, les trois autres bateaux semblaient assez bons, on ésperait au mieux finir 3ème. Une fois au départ, nous constatâmes qu'on était que trois bateaux dans la finale, mais après l'alignement, les arbitres ont quand même lancé la course. Dès le départ, les deux autres bateaux nous dépassaient gentillement, malgré notre cadence et notre volonté. Puis nous finîmes 3ème. À la fin de ma dernière course, j'était plutôt coutent de ma journée. Par la suite on apprit que le bateau qui manquait à la série avait été retenu par un arbitre. Du coup ils nous avaient dit qu'à la place de refaire la course, le double qui n'était pas là allait courir dans une autre course de master pour qu'ils puissent utiliser leur temps pour le mettre dans la course qu'on avait faite.

Après la course la pluie revenait gentillement et il fallait commencer à démonter et charger les bateaux qu'on utiliserait pas demain pour la régate de Divone. J'avais demendé aux autres de prendre mes médailles lors des promotions et ensuite je suis monté avec Dawson dans le bus conduit par Arnaud. Tout les autres sont rentrés chez eux en voiture. Puis arrivés au club on a du décharger la remorque à trois. Après ça je suis rentré chez moi fatigué, et me suis préparé pour la régate de demain à Divone.


Alexandre

  Championnats du Monde    Sarasota, du 24 septembre au 1er octobre 2017

Les championnats du monde d'aviron se sont déroulés du 24 septembre au 1er octobre à Sarasota, dans l'Etat de la Floride aux Etats-Unis. Cette régate était l'événement majeur au niveau international une année après les Jeux de Rio où deux membres du Lausanne-Sports étaient engagés.

Deux lausannois ont pris part à cette compétition, la première étant Frédérique Rol dans la catégorie du double poids légères (LW2x) accompagnée par la genevoise Pauline Delacroix (CA Vésenaz). Barnabé Delarze a, quant à lui, ramé dans le double poids lourds (M2x) avec le lucernois Roman Röösli (RC Sempach).

Côté résultats, le bateau de Frédérique se classe 14ème (2ème de la finale C) alors que le double de Barnabé termine à la 8ème place (deuxième de la finale B). Ces résultats ne sont malheureusement pas à la hauteur des attentes des rameurs du Lausanne-Sports qui se sont entraîné dur durant toute cette année. Les deux bateaux sont d'ailleurs de nouvelles compositions et doivent encore acquérir de l'expérience, qui est accumulée au fil des courses et des entraînements. Le double de Barnabé Delarze a échoué au pied de la finale A lors de la demi-finale. Cet équipage est monté en puissance tout au long de la course en rattrapant le retard accumulé au long de la première moitié de la course, mais leur finish n'a malheureusement pas été suffisant pour se classer dans les places qualificatives pour la finale A.



Ces premiers championnats du monde après une année olympique ne sont que la première étape vers la préparation des Jeux de Tokyo en 2020 et de nombreux entraînements et courses vont emmener nos lausannois vers cet objectif.


Romain

  Coupe de la Jeunesse    Hazewinkel, du 28 au 30 juillet 2017

Alors que les Championnats Suisses sont passés et que quasiment tout le monde est déjà en vacances, Eliott et moi nous nous entraînons encore, en vue de la Coupe de la Jeunesse. Eliott a été sélectionné en tant que skiffier remplaçant et moi en double avec Sarah McEarlean du club de Vevey.

Nous passons les deux premières semaines à nous entraîner à Lausanne, puis nous montons à Sarnen pour un petit camp d'entraînements avec la fédé pour bien préparer la régate.

Le moment de partir pour la Belgique arrive rapidement. Pour le trajet, le groupe est séparé en deux ; une partie ira en avion tandis que l'autre se tapera huits heures de car.

Faisant partie des chanceux évidemment, je pris l'avion.

On profite du temps qu'il nous reste avant le jour J pour terminer les préparatifs. Eliott et d'autres rameurs expérimentent une nouvelle coiffure pour l'occasion. On lui a rasé une partie de ses cheveux pour dessiner une croix suisse sur son crâne. Esthétiquement parlant le résultat laissai quelque peu à désirer, mais le principal était que ça se voit.

Nous arrivons donc sur le lieu de la compétition, Hazewinkel, deux jours avant le début des courses, soit jeudi midi, pour avoir bien le temps de s'habituer au plan d'eau. Comme on nous l'avais prévenu, le vent y est très fort et en plus il change tout le temps de direction.

Au moment de monter les bateaux, il s'avère qu'Eliott, pour rajouter un peu de challenge à la compétition, a omis de prendre son siège de bateau avec lui. Cet oubli ne fit pas du tout rire Christian Stoffer, mais il faut voir le bon côté des choses ; Eliott a ainsi pu découvrir les lieux en courant et il a pu testé l'aviron sans siège, c'est-à dire en ramant seulement avec les bras. Heureusement, on finit par trouver un siège qui convenait à son bateau.

L'hôtel dans lequel nous dormons, assez luxueux comprend une piscine avec sauna et hammam et le premier soir on décide d'aller essayer les installations. Le lendemain, on fait deux petites sorties sur l'eau et le soir, la cérémonie d'ouverture a lieu. De retour à l'hôtel, on a droit à quelques informations de la part des entraîneurs, comme le fait qu'il est interdit d'aller à la piscine...oups.

C'est le grand jour. Le matin nous avons d'abord les éliminatoires et les finales sont l'après-midi. Toutes fières de porter les couleurs de la Suisse, on va sur l'eau. Au départ, n'ayant aucune idée du potentiel de nos concurrentes, on part à fond, on se place rapidement devant et on le reste jusqu'au 1000m, après les Néerlandaises accélèrent et les Espagnoles nous dépassent juste avant la fin.

On termine donc 3èmes et nous nous qualifions pour la finale A.

Après quelques heures et un repas, c'est déjà l'heure de la finale. La course est difficile et le vent contre est très fort, on termine finalement 4ème derrière cette fois-ci en plus les Anglaises.

La course d'Eliott, une course qui oppose tous les remplaçants, part juste après la mienne et il arrive 2ème.

Fatigués, on rentre à l'hôtel pour se reposer parce que l'avantage de la Coupe est qu'elle se déroule sur deux jours, donc qui dit nouvelle journée, dit nouvelles chances !

le lendemain réveil a 5h30 pour le déjeuner puis ensuite direction le plan d'eau. On recommence comme hier les éliminatoires le matin puis les finales l'après-midi. Éliminatoire se passe bien et nous finissons deuxième. Quelque heures d'attente avant la finale et c'est repartie nous sommes déterminées à aller chercher la médaille aujoud'hui. On part fort, on est dans le coup jusqu'au 1000m puis on pert le contact avec la tête de la course. On revient bien sur la fin mais c est trop tard. On termine 4èmes comme hier.

La course de Eliott a encore lieux juste après la notre, il termine troisième cette fois battu par un français et un anglais.

Une fois les courses terminer il est tant de démonter les bateaux et de se livrer au troc d'habits. Une fois la remorque prête tout le monde pris le bus pour déposer les suisse-allemand a l'aéroport et laisser les romands rentrer en bus.


Eliott et Sabrina

  Championnats Suisses    Lucerne, du 30 juin au 2 juillet 2017

Les championnats suisses d'aviron se sont déroulés le weekend du 1er au 2 juin 2017 sur le mythique plan d'eau du Rotsee à Lucerne. Cette régate est le couronnement d'une année d'entraînement pour certains rameurs alors que d'autres continuent leur saison au sein de l'équipe suisse et participent à la Coupe de la Jeunesse, aux coupes du monde ainsi qu'aux championnats du monde dans les semaines et mois à venir.

Deux titres chez les séniors, un chez les femmes et un chez les hommes ! Le premier titre décroché pour le Lausanne- Sports a été celui du quatre de couple (M4x) composé d'Augustin Maillefer, Romain Loup, Barnabé Delarze et Frédéric Hanselmann après une course disputée mais maîtrisée du début à la fin. La victoire dans cette catégorie devient maintenant une tradition pour le Lausanne-Sports Aviron, car cela fait maintenant depuis 2010 que des lausannois montent chaque année sur la plus haute marche du podium.

Le double des filles (W2x) victorieux lui aussi avec Frédérique Rol et Adeline Seydoux a remporté sa course clairement et a maitrisé ses adversaires dès le début de la course. Il s'agit là aussi d'une catégorie phare du Lausanne-Sports car les deux lausannoises remportent ce titre pour la quatrième année consécutive.

Deux médailles de bronze ont aussi été remportées dans la catégorie sénior, il s'agit du huit féminin et double homme.

Le huit est une catégorie reine de l'aviron et le Lausanne-Sports est très fier d'avoir pu placer à nouveau ses rameuses sur le podium.

Huit médailles, en couple et en pointe, dans plusieurs catégories d'âge en plus des 2 titres sont à noter. Le Lausanne- Sports Aviron termine à la 4ème place au classement des clubs d'aviron suisses sur plus d'une soixantaine de clubs.


Romain

  Régate de Schiffenen    Schiffenen, le 11 juin 2017

Ce dimanche, nous devions aller individuellement à Schiffenen. Car Arnaud avait "Les Family Games" à Lausanne. Je suis parti avec Alexandre (le minime). Nous avons pris le train jusqu'à Fribourg, puis son père a loué une Mobility. Nous sommes arrivés vers 9 heures et demie pour monter les yolettes et les autres bateaux.

J'ai eu ma première course à 11 heures, en double avec Ludovico. Puis nous sommes rentrés au ponton pour laisser la place à Yorgos et Arthur qui devaient aller au départ. C'est la première régate à laquelle j'ai participé où il y avait des parents pour nous encourager. Merci ! Nous sommes allés nous reposer à l'ombre des arbres pour manger notre salade de pâtes et nous avons regardé un film sur le téléphone de Paul. Après, j'ai pu barrer la yolette des minimes filles et nous avons gagné !

Vers 14 heures, j'ai eu ma course en quatre avec Paul, Ludovico et Aurélien (le minime), il a fait très chaud. Comme d'habitude, Fred nous a dit de laisser notre T-shirt et notre casquette jusqu'au début de la course. Nous avons fait 3ème.

A la fin de la journée, les filles cadettes, qui n'arrêtaient pas de s'arrêter avant la ligne d'arrivée, se sont faites pousser dans l'eau par Aurélien (le cadet). Puis nous avons démonté les bateaux et chargé la remorque.



Alexandre et moi-même sommes rentrés à Lausanne en train et nous sommes tout de suite descendus au club pour aider à décharger la remorque. Mais à notre arrivée, tout le travail avait déjà été fait.

Merci à Fred d'être venu avec nous à Schiffenen. C'était une belle journée !


Timo

  Régate de Sarnen    Sarnen, le 3 juin 2017

Ce samedi, le rendez-vous au club était à 7 h. Dès qu'Arnaud arrive avec son mini bus tout le monde y grimpe et après 3 heures de route interminable, nous sommes enfin à Sarnen. Le temps est magnifique, mais Arnaud prévient qu'il pleut toujours à Sarnen...

Nous nous sommes d'abord trompés de côté. Nous avons trouvé la tente, après de longues minutes de recherche nous retrouvons les autres qui attendaient impatiemment leur tour de monter sur un bateau.

Ma première course est à 16 h avec Jonathan. Mais pendant ce temps, on se rend à la place de jeux, mon camarade et moi.

Voilà, c'est l'heure, de notre première course pour Jonathan et moi. On va zigzaguer entre les bouées jusqu'à ce que Jonathan décide de faire une magnifique fausse pèle.

On rentre au campement pour récupérer de notre course. Les courses avaient environ 40 minutes de retards donc nous avons un peu plus de repos avant la prochaine course. Cette régate ne sera pas couronnée de succès pour le club. Dans la journée, seulement deux équipages sont récompensés d'une médaille. Néanmoins, nous avons eu beaucoup de chance, car les dernières courses du club étaient juste avant l'orage et tout le monde a pu concourir. Arnaud avait donc raison il pleut toujours à Sarnen !

Après avoir chargé la remorque et s'être hissé dans le bus, on se rend au même marché au bord de l'autoroute avec l'habituel et obligatoire dessert d'Arnaud. Merci ! On en ressort toujours rassasié

Sur le trajet du retour, on devait raconter des histoires ou parler pendant 10 minutes.

Pendant que les autres dormaient, Arnaud conduisait. Quand nous arrivons à Vidy, le bus a de la peine à se frayer un chemin à cause de la "fête de la drogue de l'alcool" au bord du lac. Nous arrivons au club dimanche vers 1heure du matin et nous devons encore défaire la remorque. Grâce à la pluie qui nous motive à faire vite on la termine rapidement

Une chouette journée s'achève. Je voudrais encore remercier Arnaud et Fred de nous accompagner et nous offrir la possibilité de participer à ces régates.


Aurélien

  Régate de Cham    Cham, le 20 mai 2017

Ce samedi 20 mai, rendez-vous à 7h15 au club pour prendre le bus conduit par Arnaud en route pour Cham. Après environ 2h30 de trajet nous voilà arrivés pour assister à l'incroyable talent linguistique d'Arnaud avec les suisses-allemands pour trouver une place de parc Une fois à la tente où Fred et les autres nous attendaient, nous nous installons pour manger et décharger la remorque.

À 13h10 ma course en quatre arrive. Tout nerveux je me change, on monte sur le bateau et nous allons vers le départ. Durant la course, fidèles à la tradition nous faisons une belle fausse-pelle, mais malgré ce petit incident, nous avons gagné la course avec une grande avance.

Nous sortons de l'eau tout contents et décoré d'une belle médaille. Je pars me reposer un peu parce que j'ai une course en double avec Aurélien une heure après. Ensuite les victoires s'enchaînent. Durant la journée, nous nous sommes battus pour avoir les chaises que Fred apporte à chaque régate. Vers la fin de la journée, des seniors sont arrivées pour une course en huit qu'ils ont malheureusement pas gagné. La régate touche à sa fin et les courses sont terminées. La remorque et chargée, les rameurs distribués dans les bus, et départ pour le retour.

Nous nous sommes arrêtés dans un resto-route pour manger et Arnaud généreux, comme à chaque déplacement, nous offre le dessert, un grand merci à lui. Repus, le ventre tendu, nous reprenons le trajet. Dans le bus, il y'a une bonne ambiance.

Nous chantons des chansons et récitons des poèmes qu'Arnaud nous a appris. Arrivés au club, tout le monde dort. La remorque conduite par Fred, n'est pas encore arrivée. L'air du soir est frais et nous donne le petit coup de fouet nécessaire pour décharger les bateaux. Tous ensemble, cela va plus vite. Les portes du hangar sont fermées et c'est comme un rideau qui tombe sur cette longue et belle journée. Nous sommes tous fatigués mais contents des belles courses gagnées.

Merci à Fred et Arnaud de nous avoir conduits à Cham!


Jonathan

  Régate de Schmerikon    Schmerikon, le 6 mai 2017

Le samedi 6 mai, à 7h30 nous (Borello, Eliott, Aurélien, Alan, Nolan, Paul, Inès, Jonathan, Axel, Timo et moi) sommes venus au club pour monter dans le bus conduit par Arnaud pour aller à Schmerikon. Nous avons eu de la chance que nos courses soient l'après-midi car ceux qui avaient leurs courses plus tôt ont dû partir à 5h45 avec Fred.

À 10h40 après 3h à 3h30 de route nous sommes enfin arrivés à Schmerikon. Il n'y avait presque plus de places de parking. Quand nous en avons trouvé une, nous sommes descendu du bus, nous avons pris nos sacs et nous sommes allés chercher la tente du club. Arrivé là-bas nous avons appris que les courses ont été annulées jusqu'à 11h40 à cause des vagues. En attendant une information sur la suite du programme nous nous sommes installés sous les tentes. Vers 11h le quatre cadet qui est allé sur l'eau avant que leur course soit annulée est revenu complètement trempé vers la tente. À midi on nous a dit que les courses étaient annulées jusqu'à 14h. Moi et mes copains nous sommes allés nous promener pour aller voir les horaires et vérifier le plan d'eau. Sur le chemin nous avons trouvés un écran qui montrait un 24 de couple. Le bateau était immense!

De retour aux tentes nous avons tous mangé une salade de pâtes puis nous avons attendu en discutant jusqu'à 14h la décision de l'organisateur. À 14 h on nous a dit que les courses reprenaient à 15h mais un quart d'heure plus tard la régate a été annulée. Nous sommes allés démonter les bateaux et charger la remorque car tous les bateaux à part Llyr, Eyja, Hot et un double ont dû être montés si jamais les courses reprenaient. Puis nous avons démonté les tentes et pris nos sacs. Nous sommes partis de Schmerikon  à 15h.



Nous nous sommes arrêtés au restaurant au bord de l'autoroute (Le Marché). Beaucoup de gens ont mangé que le dessert offert par Arnaud car il était que 16h. La 2ème partie du trajet s'est vite déroulée pour Jonathan, Axel, Paul, Timo, Aurélien et moi car on a fait plein de jeux. Le meilleur jeu était action ou vérité mais nous faisions un peu trop de bruit en rigolant. Arrivé au club nous avons attendu 5 minutes la remorque. Quand elle est arrivée nous avons déchargé les bateaux et nous avons pu rentrer à la maison.

Bilan de la journée : 7 à 8h de route et aucune course. Dommage ! Espérons que la prochaine fois il y aura moins de vent. Merci tout de même à Fred et à Arnaud pour nous avoir conduit à l'aller et au retour !


Ondrej

  Régate de Lauerz    Lauerz, le 22 avril 2017

Samedi matin, le rendez-vous est à 7 h 30 au garage AMAG. Arnaud nous attend avec le bus. Après 3 heures de route où tout le monde dort, nous sommes enfin arrivés. Le soleil est pour une fois au rendez- vous, mais accompagné de vent qui forme des vagues sur le lac. On décharge la remorque et chacun monte son bateau sous la chaleur du soleil d'où l'obligation de mettre sa casquette.

Pour certains de mes camarades et moi, c'est notre première régate. Nous sommes très nerveux et effrayés de voir tous ces rameurs et tous ces bateaux. En attendant notre course qui est à 14h00, nous avons le temps de manger, boire et même de dormir dans les gradins de la patinoire. Les courses s'enchainent avec de bons résultats. Après avoir fait du quatre, je fais du double avec Axel. La course se passe bien jusqu'à vingt mètres avant l'arrivée. Dans mon plus grand malheur,  je n'arrive pas à sortir la rame de l'eau et le bateau s'arrête. Après maintes efforts, il nous suffit de donner un coup de rame pour que la victoire soit à nous.

Tout le monde prend une bonne douche et démonte les bateaux pour les mettre sur la remorque. On se bouscule pour monter dans le bus. Après un bonne demi-heure de route, on s'arrête pour manger. Tout le monde se sert un bon repas chaud. Une fois nos plats terminés, Arnaud nous offre le dessert. Je le remercie chaleureusement pour cela. Le choix est multiple: des gâteaux aux  chocolat, des mille-feuilles, des tartes ou encore des glaces.

Après être complètement rassasiés, nous reprenons la route pour Lausanne.

André et Jonathan animent la discussion jusqu'à que tout le monde s'endorme.

Une fois arrivés à Lausanne,  l'accès au club est bloqué en raison des 20 kilomètres de Lausanne. Au chaud dans le club, on attend le bus de Fred avec la remorque qui arrive à 22h30. On décharge rapidement les bateaux pour les mettre dans le hangar, et enfin on peut rentrer chez nous après une journée épuisante.

Merci beaucoup à Arnaud et Fred de nous avoir accompagné.


Mathis

  Stage de Pâques    Prague du 9 au 20 avril 2017

Le dimanche 9 avril le rendez-vous est donné à l'aéroport de Genève à 8h00. Une fois tout le monde présent on embarque dans l'avion et c'est parti directement pour prendre un deuxième avion pour aller à Prague.

Une fois arrivés sur place René nous a accueilli. Nous avons pris le bus pour nous rendre à l'hôtel situé à environ 50km de Prague. Quand nous sommes arrivés Arnaud nous a accueilli et distribué les chambres. A peine le temps de poser les bagages qu'il faut aller monter les bateaux. Ensuite une fois que tous les bateaux furent montés, on put aller s'installer dans nos bungalows. Puis après s'être installé, il était temps de manger. Après le repas, Arnaud nous convia pour une réunion afin de nous expliquer le déroulement du stage.

Le lendemain matin, réveil à 7h20 pour aller au petit déjeuner. Arnaud nous annonça dans quels bateaux nous allions ramer. Le premier groupe va vite se changer après le petit déjeuner puis va mettre les pieds dan l'eau froide pour mettre son bateau à l'eau. Les jours s'enchaînèrent avec 2x30 minutes d'entraînement le matin et 2x40 minutes l'après-midi.

Nous avons eu l'occasion de faire notre première visite au château de Beroun et d'aller voir la magnifique cathédrale de Prague à la fin de cet après.midi de pause bien mérité.

Nous avons repris les entraînements normaux avec cette fois un léger vent frais qui nous rappelait l'importance d'être méthodique au moment où nous devions mettre les pieds dans l'eau. Nous avons eu l'opportunité de faire toutes sortes de bateaux et de composition d'équipages car nous étions un grand groupe de rameurs à être venu à ce stage cette année. Plus de la moitié des participants étaient en catégorie minimes et venaient pour la première fois à Prague.

Les entraînements continuèrent à s'enchaîner mais la météo n'est pas au rendez-vous: Le matin il fait froid et il y a des nuages et l'après-midi n'est guère mieux.

Samedi c'est le jour de la deuxième visite. Un entraînement est quand même prévu le matin. Un bus vient nous chercher à l'hôtel et nous emmène au centre ville de Prague. Une petite ballade sur le pont Charles s'impose. Ensuite nous avons formé de petits groupes et nous sommes allés dans la ville pour y trouver le bonheur de chacun, souvenir et nourriture locale.

Une fois que tout le monde eut acheté des souvenirs nous sommes allé au théâtre pour voir une comédie musicale "Cléopâtre". Vu que la pièce était en tchèque, personne n'a compris les dialogues, mais ce fut quand même un joli spectacle.

Après cet après-midi touristique, retour aux choses sérieuses. Les entraînements reprennent. La fatigue commence à se faire sentir et certains commencent à avoir des douleurs au dos ou aux poignets. De plus, la météo ne s'améliore pas. Un vent froid commence à souffler et la pluie commence à tomber.

Le dernier jour le vent souffle vraiment fort et l'entraînement de 10h00 n'a pas pu avoir lieu sur l'eau. L'après-midi le vent soufflait toujours trop fort et nous avons organisé un match de foot plutôt qu'aller ramer. Après cet entraînement alternatif il fut temps de charger la remorque dans le froid. Quand la remorque fut terminée, il était temps de profiter une dernière fois du jacuzzi et de la piscine.

Le lendemain matin, réveil à 6h10 pour rendre les clefs du bungalow et prendre le petit déjeuner. Le bus arrive à 7h00 pour nous conduire à l'aéroport. Tout le monde était content de rentrer en Suisse et heureux d'avoir participé à ce stage à Prague.


Eliott et Dawson

  Budapest Cup    Budapest, le 1er avril 2017

Mauricie, Céline, Juliette, Julie, Adeline, Isaline, Jillian, Joséphine, Anouk sont parties à Budapest pour une course de 4,5 km sur le Danube, suivie d'une petite visite de la ville.

Départ en train de nuit ou en avion, l'équipe est réunie le vendredi après-midi au plan d'eau. Très motivées, nous avons fait fuir les autres équipages utilisant le même bateau que nous, afin de faire un premier entraînement sur la rivière. Une fois sur l'eau, nous avons visité un canal étroit, en prenant par la droite plutôt que la gauche. C'était l'occasion d'entraîner nos manoeuvres, mais pas le repérage du trajet de la course comme espéré.

Retour à l'appartement à pied, de nuit, avec une vue magnifique sur le Parlement illuminé, suivi d'une bonne nuit de sommeil (après une bataille pour les bons lits, plutôt que les canapés). 

Ad et Jilli, debout aux aurores, sont allées au rendez-vous matinal des organisateurs. Toute l'équipe s'est ensuite rendue sur le champ de course animé. Il y avait du retard pour les départs, nous avons (trop) profité du soleil durant l'attente!

Comme nous avions loué le bateau, nous devions le récupérer après la course d'un équipage homme slovène. Ils avaient utilisé toute leur force pour serrer les cales-pieds! Une fois sur l'eau, c'était le moment de se concentrer et d'avoir la tête dans le bateau. Dans notre division, environ 20 bateaux se dirigeaient vers le départ. Une fois que tous les équipages sont arrivés au départ, le canal était libéré. Toute les 30 secondes, un bateau commençait la course en départ lancé (‘flying start'). Pour ce début de course inhabituel, une fois le bateau tourné, c'est le départ! Nous avons passé la ligne de départ à pleine vitesse. Jo n'avait pas eu le temps de monter son body.

Les premiers 3000 mètres étaient dans un canal assez étroit avec des courants changeants. Pas du tout comme le Léman, nous avons été surprises!

Ensuite, nous sommes entrées dans le canal principal  du Danube, avec des défis supplémentaires: un courant fort et du vent contre. 

A l'arrivée, fatiguées, mais heureuses de l'effort fourni, nous avons pu compter sur notre Jilli qui nous a permis de nous imposer à l'accostage! " Coach, you're gonna have to get your crew to hurry off the water! " D'autres équipages avaient très envie d'accoster avant tout le monde.

Une bonne goulash et tarte-aux-pommes hongroise nous ont permis de briller sur le podium pour récupérer notre médaille d'argent. And the rest is history...


Isaline

Les Résultats

  Longue Distance    Mulhouse, le 25 mars 2017

Vendredi 24 mars, Fred nous a donné rendez-vous à 16h30 pour démonter les bateaux et faire la remorque pour demain car Dawson, Eliott, Darbord, Nina, Sabrina, lui et moi-même allons à Mulhouse pour la dernière fois de la saison.

Samedi matin à 7 heures nous nous retrouvons tous, avec Arnaud en plus, pour faire 3 heures de route, presque tout le monde s'endort après 30 minutes de trajet et se réveille près de la frontière où nous faisons le plein, sauf bien sûr Arnaud et Fred qui conduisent. Comme Darbord n'était pas venu la veille nous avons dû demonter son bateau et il nous a offert des croissants.

Nous voilà en France, nous arrivons et pour une fois nous avons pas trop besoin de nous emmitoufler dans des couches d'habits pour ne pas avoir froid, car il fait chaud! Nous déchargeons la remorque et rentrons dans le bus pour nous reposer avant la course, sauf Fred qui se prépare à partir et Arnaud déjà à vélo, près à prendre des photos et à nous encourager. C'est l'heure de la course de Darbord, qui oublie de prendre son dossard... et rame sans. Ensuite c'est au tour de moi, Dawson et Eliott et nous nous rendons au ponton de départ et nous mettons nos skiffs à l'eau.

Pendant notre course Darbord nous encourage durant sa récup ainsi que Fred, puis nous faisons de même en croisant Nina et Sabrina sur notre retour. De retour sur terre, nous démontons les bateaux et nous reçevons de nouvelles rames, nous commençons a charger la remorque et attendons le retour de Sabrina et Nina pour mettre leurs bateaux sur la remorque puis nous partons.

Par tradition, pendant tout ce temps nous avons les viennoiseries que nous offre Arnaud. Puis nous nous arrêtons au fameux Macdo après un début de trajet silencieux, ensuite quand nous repartons nous commençons à jouer un jeux de culture général, Arnaud et Fred se sont bien moqués de notre manque de culture.

Enfin nous avons quelques bouchons près de la Maladière et nous terminons par arriver au club ou nous reçevons des patisseries que la mère d'Arnaud avait préparé, après cette longue journée, nous rentrons chez nous. 


Arnaud Borello

  Championnats Romands d'Ergomètre    Vevey, le 5 mars 2017

Le 5 mars 2017, on a eu les championnats romands d'ergomètre à Vevey. C'est une des seules compétitions ou participent les benjamins. Vu que la course a eu lieu à Vevey, on n'a pas dû se réveiller trop tôt, ni rentrer trop tard. Les trajets étaient aussi beaucoup plus simples donc plusieurs parents ont pu venir encourager leurs enfants.

La plus part d'entre nous ont étais inscrits en individuel le matin et en équipe l'après-midi. En individuel, la course est longue et dure mais ça vaut le coup car on est toujours content après une course. Apres notre première course, beaucoup ont mangés des plats qu'ils avaient amenés de chez eux, et d'autres sont allés à la Coop d'a côté. Vu qu'il faisait encore beau à cette heure-ci, beaucoup d'entre nous sont allés manger dehors. Ensuite, Yorgos, Alexandre, et moi sommes allés marcher le long de la belle rive de Vevey. Peu de temps après, il s'est mis à pleuvoir. Avant la deuxième course, tout le monde s'est bien reposer sur les tapis qui ont étés mis dans le gymnase.

Les courses en équipe sont sympas car elles sont plus courtes et ne durent seulement mille mètres. Mais vu qu'elles sont plus courtes, il faut pousser plus fort! Les courses étaient par équipes de 4 donc pas tous les cadets ont pu y participer car on n'était pas un multiple de 4.

Les juniors par contre, ont tous pu participer aux courses de l'après-midi. Tout le monde était bien fatigué après leurs courses mais l'important c'est que tout le monde s'est bien donné, alors pour le moment on peut dire à l'année prochaine Vevey!


Matthieu

  Longue Distance    Mulhouse, le 25 février 2017

Pour un test sur l'eau de la FSSA, nous nous sommes rendus le 25 février en France près de la frontière, vers Bâle. Nous avions rendez-vous au club à 7h15 pour environ trois heures de trajet en bus. Tout ce long voyage sur l'autoroute, et dans les bouchons surtout, pour arriver dans une ville grise, glauque, déprimante et apparemment sans habitants, Mulhouse. Bon, peut-être le fait qu'elle soit déprimante est un petit peu lié à la raison qui nous y amène ; une distance de six kilomètres à parcourir en skiff.

Arrivés sur place, nous nous occupons de monter nos bateaux respectifs et il est déjà l'heure pour Fred et Augustin d'aller sur l'eau. Ensuite vient le tour des juniors et puis enfin des cadets (qui eux ont la possibilité de participer en double). Ce qui est amusant et original dans une longue distance, c'est que nous devons en plus des numéros des bateaux, porter un petit gilet numéroté pour être bien sûr qu'on nous reconnaisse à l'arrivée.

Après que chacun ait fournit de grands efforts pour arriver au bout de cet interminable canal, nous pouvons démonter les bateaux, tout en mangeant des croissants offerts par Arnaud.

Au retour, notre remorque est bien plus chargée parce que nous avons récupéré nos nouveaux skiffs, qui ne passent pas inaperçus dans leurs fourres oranges.



Nous avons bien évidemment de nouveau droit aux bouchons, mais heureusement qu'on ne s'ennuie pas avec Eliott, toujours présent pour relancer la conversation et plus particulièrement les disputes. Je ne manquerais pas de mentionner que nous avons comme à notre habitude fait une petite halte au McDo et nous avons continué notre route en direction de Lausanne.


Sabrina

  Stage de pâques    Temple sur Lot, du 16 au 23 février 2017

Pour la première fois, nous partons à Le Temple-sur-Lot et non à Séville. Ceci implique donc 10 heures de route jusqu'à ce que nous arrivions à La Base. Une fois arrivés sur place, nous avons pu constater un superbe plan d'eau aussi plat qu'un miroir.

Le stage comprend une semaine et 12 entraînements, dont une demi journée de VTT avec Augustin comme guide. Nous enchainons les B2-4 et B1-6, c'est-à-dire 2x30' et 2x40' avec des séries toutes les 10 minutes pour les non connaisseurs. Lors d'un après-midi nous avons entraîné notre haute cadence avec des 15 coups 5 coups. La journée peut se résumer ainsi : petit-déjeuner à 8 heures, entraînement B2-4 à 9 heures puis repas à midi ; nous reprenons ensuite à 15 heures avec un B1-6 et le souper est à 19:30. En même temps que nous, il y a eu La Fédération Française des Juniors et Cadets au début puis à la fin les U23. Arnaud nous avait prévenu que les sens de circulation étaient importants, toutefois Dawson aimait défier l'autorité en restant au milieu.

Eliott, grâce à Augustin, a enrichi son vocabulaire en apprenant les mots basiques tels que ramequin, monte-plat, profiterole et lapereau. Les repas se composaient d'une salade, d'un plat chaud, de fromages et d'un dessert ; bien sûr, Dawson a goûté aux fromages et grâce à cela a fait son intéressant à table.

Nous dormions à 10 seconde du plan d'eau, néanmoins Eliott, en faisant sa diva, mettait 10 minutes pour se faire prendre en photo par Arnaud. Quand nous essayions de faire la sieste ou dormir, des petits mécréants s'amusaient à faire de la lutte dans leurs chambres ou Nina toussait aussi fort qu'un klaxon de bateau et empêchait tout le monde de dormir.

Le matin il y avait de la brume et il faisait frisquet, l'après-midi nous étions en body, Dawson voulant faire encore une fois son intéressant et ne s'étant jamais mit en body, sortit une fois torse nu.

Quand nous sommes sortis en VTT, des montées abruptes nous firent souffrir, mais nous avons vu des maisons lugubres, des champs lunaires, des carcasses de voitures, des chiens enragés qui nous aboyaient dessus, un moulin à vent, une église gothique puis nous sommes rentrés après 21 km. Cet entraînement est dû au fait qu'Arnaud a eu mal au bras après sa pause de ses dents de sagesse.

Augustin a dragué une entraîneuse de la FFSA, c'est aussi un fourbe car il nous  a dupé le premier jour en nous cachant un virage et en nous volant à notre insu nos clés de chambre (en nous prétextant qu'il ne l'avait pas fais exprès, nous nous sommes bien occupé de lui après). Les télés de la Base étaient hantées car elles s'allumaient toutes seules la nuit et Arnaud devait aller les éteindre car Dawson avait trop peur de se lever. Mais malgré  toutes ces petites fourberies nous avons passé un stage d'entraînement de folie. Difficulté, fatigue, faisaient partie de cette semaine mais nous espérons y retourner un jour.


Le bus

  Cross de l'ARA au LS Aviron    Lausanne, le 11 février 2017

Le cross du rameur a eu lieu le samedi 11 février par une belle apres-midi ensoleillée. Des rameurs de Vevey et Lausanne étaient présents pour courir. Le parcours (8km) était simple: longer le bord du lac jusqu'à  l'église de Saint-Sulpice puis retourner sur ses pas. Un trajet plus court de 4km avait été planifié pour les plus jeunes compétiteurs.

Augustin nous expliqua quelques détails importants pour  l'arrivée et nous fûmes rapidement alignés. Le départ fut donné par un "go" et tous les competiteurs s'élancèrent . Le parcours était agréable sauf que des promeneurs faisaient leur balade du samedi après-midi au bord du lac et cela imposait aux rameurs un slalom périlleux. Le cross fut plus dur que prévu étant donné que nous avions tous les jambes lourdes à cause de   l'entraînement du matin.

Tout le monde arriva sans problème sauf moi car je n'avais pas écouté les explications d' Augustin (grave erreur), étant trop occupé à discuter avec les copains. Heureusement, la douce voix de Dawson me remit sur le droit chemin. Après cela, nous allâmes nous doucher et nous ressourcer grâce à tous les fruits qu'Arnaud avait généreusement apportés.

L' ambiance était joyeuse et amicale. Pour  finir, les résultats furent affichés dans la cuisine et tous les rameurs purent  voir  leur temps. Tout le monde était épuisé mais content.


Yorgos

  Swiss Indoors    Zug, le 28 janvier 2017

Les Swiss Indoors sont traditionnellement la première compétition de l'année pour les rameurs du club. Cette compétition se déroule à Zug et voit s'affronter les rameurs et rameuses suisses les plus puissants dans chaque catégorie d'âge. Cette compétition est également l'une des étapes du système de sélection de la fédération suisse d'aviron.

Le Lausanne-Sports Aviron a été représenté par seulement neuf rameurs cette année. Chez les minimes, Anaïs Frei prend la 4ème place. Chez les cadets, Matthias von Rakowski prend la 10ème place. Nina Libal finit en 6ème position chez les juniores femmes, assez loin de son meilleur score sur ergomètre. Chez les juniors, Eliott Sefaranga qui avait été grippé la semaine précédant la compétition améliore son meilleur temps d'une seconde en finissant en un temps de 6:33.0

La course la plus serrée de la journée à eu lieu chez les poids légères femmes où les trois meilleures rameuses ont assez rapidement distancé toutes leurs concurrentes. Durant toute la course, aucune d'entre elles ne se laisse distancer par ses concurrentes de plus de deux ou trois secondes, et chacune prend tour à tour la tête de la course. Au terme d'une bataille acharnée, Frédérique Rol prend la seconde place et cède son titre à Patricia Merz.

Chez les séniors hommes, Barnabé Delarze fait la course en tête et creuse régulièrement l'écart qui le sépare des autres compétiteurs.

Il gagne avec une douzaine de secondes d'avance sur le deuxième et signe une magnifique performance en un temps de 5:47.3, ce qui lui permet non seulement de remporter le titre suisse 2017 mais également de battre de record de suisse sur ergomètre.


.

  Longue Distance    Mulhouse, le 3 décembre 2016

Je suis arrivé à 7h00 du matin, tout le monde était là. Nous devions aller à Mulhouse, la route et d'environ 3h, je suis parti dans la voiture d'Arnaud, avec Aurélien et Matthieu. Après un trajet interminable, nous arrivions enfin à Mulhouse.

Une fois arrivés là-bas, avec Matthieu, nous avons monté notre bateau. Notre course était à 11h55. A 11h25 nous sommes partis pour nous échauffer sur l'eau. Nous étions les premiers à partir de la série.

Décompte incompréhensible en Suisse allemand, nous pouvions enfin démarrer notre course. Malgré le froid et la difficulté de la course, je me donnais à fond. On entendait seulement le vent et Arnaud qui nous suivait à vélo à côté de nous. Avec Matthieu, nous avions un objectif majeur. Vaincre la mort. A la fin de notre course, nous étions sûrs d'avoir réussi notre pari. J'étais fatigué mais heureux d'avoir fait un aussi bon résultat.

Les heures qui ont suivi étaient assez calmes, nous avons démonté notre bateau, pendant ce temps-là les juniors faisaient leurs courses. Une fois leurs courses terminées, nous avons pu démonter tous les bateaux et les mettre sur la remorque.

Nous sommes tous partis en direction de Lausanne en passant chez Mcdo. Une fois rentrés, nous avons mis tous les bateaux dans leur hangars respectifs, et l'on a pu enfin retourner chez nous après une dure journée.


Matthias von Rakowski

  Régate de Nyon    Divonne, le 5 octobre 2016

Le dimanche 1er octobre 2016, la régate de Nyon s'est déroulée à Divonne. Certains rameurs ont dû partir tôt du club avec le bus pour leur course ce qui n'a pas été mon cas. J'ai eu la chance que ma seule course ait eu lieu l'après-midi. J'ai donc pu profiter d'une grasse matinée.

Arrivé à la régate (pas vraiment sérieuse selon les copains) je savais que deux de mes coéquipiers ne pouvaient pas venir et Arnaud les a rapidement remplacés par Yamina et Marie (sur une yolette avec Mathieu comme barreur). Sur l'eau après un petit échauffement, nous nous sommes dirigés vers le départ où les arbitres nous ont dit que la course était raccourcie à 500 mètres en raison des vagues. Sur un plan d'eau pas facile notre équipe mixte à terminé 3e. Catégorie minime garçons.

A la fin de la journée, nous avons assisté à la remise des médailles. Beaucoup de rameurs du LSA ont été médaillés. Suite à la cérémonie, nous avons chargé la remorque et sommes rentrés au club pour ranger les bateaux et finalement rentrer chez nous.

 


Axel

Cliquer ici pour entrer dans l'archive 2016