Sponsors:


  Echanger des pin's    Le 22 juillet 2021

La vie continue son chemin, ici au village ! Dans les petites anecdotes, l'échange de pins est assez sympas. On a reçu plusieurs pins de Swiss Olympic. Il suffit de les accrocher à son accréditation et de se promener dans le village pour que des athlètes te demandent de les échanger.... J'ai déjà des pins tunisiens, roumains, jamaïcains, slovaques !

Il y a de plus en plus de membres de l'équipe suisse ici : tout le monde se salue en se croisant et c'est motivant de savoir qu'on va tous défendre la suisse ici à Tokyo ! Le staff de Swiss Olympic met également tout en œuvre pour nous soutenir le mieux possible.

Pour tous les autres athlètes, lors des déplacements ou au dining hall nous jouons à l'éternel : quel sport fait-il/elle? Sur les accréditations, en tout petit il y a l'abréviation du sport mais il faut beaucoup de chances pour arriver à lire...

Le trajet pour le champ de course dure environ 20 minutes en car. Cela nous laisse le temps d'apercevoir plusieurs lieux de compétition dont le BMX, le skateboard, la gymnastique... On ne pourra pas aller voir d'autres compétitions donc on essaye d'avoir un aperçu en passant !

Mes courses approchent à grands pas : mon éliminatoire aura lieu samedi 24, le lendemain matin de la cérémonie d'ouverture.

Le vent s'est un peu calmé hier soir et aujourd'hui et les bonnes sensations nous donnent confiance ! Jour – 2


Frédérique

  Arrivée au village olympique    Le 20 juillet 2021

Je suis arrivée au village olympique depuis dimanche soir. Cela nous change beaucoup de notre campagne japonaise de Kinosaki... Passer d'une ville de 3000 habitants à 13 millions ! La température a également quelques degrés de plus qu'à Kinosaki : environ 30°C et humide.

Nous avons 5 jours pour nous sentir ici à l'aise et trouver nos marques avant notre première course. Il y a plein de choses à comprendre, découvrir et apprécier ainsi que quelques rendez-vous obligatoires, comme le test covid quotidien ou le rendez-vous média. Le dining hall par exemple est un peu déroutant : après 18 mois de petite bulle, principalement à Sarnen, on se retrouve avec des centaines d'athlètes dans le même bâtiment! Évidemment, il y a plein de mesures sanitaires et l'on s'y sent en sécurité, mais cela fait bizarre de voir autant de personnes en même temps !

Je partage mon appartement avec Patricia, Jeannine et Anne-Marie. L'étage entier est réservé à l'équipe suisse. Nos voisins sont entre autres les français, les marocains, les hongrois. Nous pouvons nous déplacer librement dans tout le village : jusqu'à présent, j'ai découvert de jolis chemins bien aménagés au bord de l'eau, des parcs, un gift shop, un énorme fitness, les célèbres anneaux olympiques et plein d'immeubles de sportifs & staff avec des drapeaux aux balcons ! Voir les drapeaux de tous les pays côte à côte et savoir qu'ici tout le monde est là pour faire ses meilleures performances donne une ambiance énergisante et difficile à décrire....

Les trajets, les grandes distances, toutes les nouveautés, la chaleur et la grandeur de l'événement prennent pas mal d'énergie ! Le site de compétition à Tokyo Bay ressemble cependant bien plus à ce que je connais et est également à une échelle humaine.

Tout est très bien organisé et il y a tout ce qu'il nous faut pour performer mais cela reste une plus petite compétition que des mondiaux. Le champ de course a été aménagé sur un canal de la mer, fermé afin de protéger des vagues. On rame entre des containers, sous un pont, à côté d'éoliennes et en dessous d'avions car on est tout proche de l'aéroport. C'est un plan d'eau très citadin industriel ! Pour l'instant, les conditions sont comme on nous l'avait annoncé : il y a pas mal de vent, très changeant et l'eau très chaude et salée réagit vite. On se sent bien dans le bateau et on a encore quelques kms pour s'habituer au mieux à ces nouvelles conditions !


Frédérique

  Onsen-ji    Le 18 juillet 2021

Pour nos derniers coups de pelles sur la rivière Maruyama, le soleil est au rendez-vous ! 2x1000m au profil de course avant de charger une remorque plutôt originale qui ressemble à un pick-up d'une ferme : on ferme les yeux et on fait confiance aux japonais d'apporter nos bateaux en bon état à Tokyo Bay. Entre l'hymne nationale suisse jouée par un bateau sécurité, les nombreux japonais sur les ponts, l'amabilité du personnel de l'hôtel et les nombreux cadeaux et attentions offerts par les gens de la région, on se sentait vraiment bien, ici à Kinosaki. Une japonaise a même pris 10 jours de vacances pour nous regarder ramer depuis le bord et en apprendre le plus possible : elle nous a offert un album avec ses photos prises pendant le camp !

L'après-midi, je ne sais pas comment mais nous avons le droit à une sortie et allons visiter un temple bouddhiste du village : Après 500 marches, nous arrivons au temple Onsen-ji. La légende dit qu'un moine y avait prié 1000 jours avant qu'une source d'eau chaude jaillisse. Le moine actuel nous a accueilli à bras ouverts. La cérémonie, entre musique, gong, méditation, prière et feu m'a beaucoup impressionnée, tout comme l'ouverture d'esprit du moine et sa gentillesse ! Il offre à chacun un petit talisman porte-bonheur ainsi qu'une plaque en bois avec une " praying for winning " à prendre sur le plan d'eau...

Que demandez de plus ? On a toute l'énergie de Bouddha avec nous pour la suite de notre aventure !


Frédérique

  La rivière Maruyama    Le 15 juillet 2021

Les entrainements ici sur la rivière Maruyama se passent bien ! Le courant a bien diminué et les averses laissent de temps à autre apercevoir le soleil. Je me suis vite habituée au décalage horaire et me sens aussi bien dans l'humidité ! Pour la chaleur, il n'a pas encore fait super chaud mais ça me va aussi !

Hier, nous avons fait une course sur 2000m pour bien remettre à leurs places les différentes étapes du prepaddle, de l'échauffement, du plan de course et de la récup et retrouver toutes les sensations et l'acide lactique d'un 2000m. Cela nous a également permis de voir l'effet de la chaleur et l'humidité sur un programme intensif plus long! Nous avons trouvé rapidement un bon rythme et faisons une bonne course. Cela nous a donné confiance en notre rythme et nous a également permis de voir sur quoi travailler ces prochains jours.

Le reste de nos entrainements cette semaine sont plutôt courts et intensifs (environ 15km), beaucoup de haute cadence et de temps en temps un entrainement léger pour récupérer et sentir les bases.

La nature japonaise est pleine de surprises...

On est contente qu'encore aucun poisson n'ait atterri dans notre bateau ! Il y a aussi pas mal de crabes dans les hangars, de petits insectes pas très beaux sur le ponton, de sortes de grosses libellules autour du club et des cigognes sur les berges !


Frédérique

  Un peu de culture    Le 12 juillet 2021

Après-midi culture aujourd'hui : Ne pouvant pas sortir de notre bulle, l'hôtel nous a organisé une initiation à quelques traditions japonaises. Nous avons d'abord pu choisir un yukata (kimono festif d'été) pour nous glisser dans la peau de japonaises et japonais... Le personnel de l'hôtel nous a aidé à l'enfiler et à nouer les différents rubans, rien que cela prend déjà une dizaine de minutes ! Après une séance de photos d'équipe, nous avons pu découvrir la cérémonie du thé. C'est tout un art et représente plus une forme de méditation qu'un goûter ! Il faut rincer le bol à l'eau, ajouter la poudre de matcha, puis l'eau bouillante et fouetter le thé jusqu'à ce qu'apparaisse des bulles. Pour boire le thé, il faut ensuite porter le bol d'une façon particulière et avec la bonne main tout en lui faisant faire un demi-tour et surtout ne pas oublier de s'incliner pour montrer sa gratitude avant de boire.

Le thé est servi avec une petite pâtisserie sucrée qui permet de contrer l'amertume, qui effectivement est bienvenue !

Après le thé, découverte d'un autre art : la calligraphie. Chacun de nous reçoit un petit bureau avec du papier, de l'encre de chine et des pinceaux. Nous apprenons 3 signes : Gold, Power et Fast ! Au quotidien, un japonais a besoin d'en connaître plus de 2000 ...

Nous avons quelques traducteurs avec nous mais il n'est pas facile de communiquer avec nos hôtes.

Cependant, il suffit de prendre une photo avec eux pour qu'ils soient aux anges !

Après ce moment de détente et découverte, en route pour l'entrainement avec en prime un beau début de coucher de soleil...


Frédérique

  Premiers coups de rame au Japon    Le 9 juillet 2021

J'ai gentiment trouvé mes habitudes, ici au Japon. On a bien récupéré notre bateau qui a fait un long voyage en container, il est en bon état ! Après quelques réglages et adaptations, on retrouve peu à peu nos sensations.

Il pleut toujours autant et la rivière a beaucoup de courant et de bois, ce qui rajoute un petit challenge de zigzags. On rame sur une rivière le long de rizières, entourée de collines, au milieu de la nature. On peut ramer en tout cas une dizaine de km dans la même direction, je ne suis pas allé plus loin ! La mer est de l'autre côté, toute proche, mais il est interdit d'aller dans cette direction...

En ville, il y a pleins d'affiches avec nos photos, des drapeaux suisses et allemands (ils sont également ici en camp) devant chaque restaurant et bains thermaux. Kinosaki est connu pour ces nombreux thermes... Il me faudra revenir pour pouvoir les tester !

Hier, le vice-maire de la ville, accompagné d'une dizaine de personnes de la ville et du club, est venu nous accueillir lors d'une petite cérémonie officielle. Tout le monde a l'air super content que nous soyons enfin là et est prêt à tout pour rendre notre séjour le meilleur possible : ils nettoyent même la rivière chaque matin pour enlever le plus de bois possible !


Frédérique

  Arrivée des rameurs Suisses à Kinosaki    Le 7 juillet 2021

Nous sommes une petite cinquantaine de la délégation suisse à partir ensemble lundi 5 juillet. Après 11h de vol, qui passe plutôt vite car nous avons la chance de voler en Business, nous atterrissons à Tokyo. Il nous a alors fallu beaucoup de patience pour sortir de l'aéroport avec notre test covid négatif en poche. Durant ces cinq premières heures sur sol nippon, on a pu découvrir en autre l'humidité, les paparazzis japonais, les toilettes japonaises, le goût de la hiérarchie et l'enthousiaste des japonais nous saluant. Nous passons ensuite la première nuit dans un hôtel proche de l'aéroport.

Le lendemain commence alors un long périple en car jusqu'à Kinosaki où nous passerons les onze prochains jours afin de s'adapter aux conditions chaudes et humides ainsi qu'au jetlag. Sur le papier, quelques 600km nous séparent de notre destination. Pourtant, il nous faudra toute la journée pour y arriver. Nous sommes dans un système de " bulle " et sommes donc attendus à chaque pause toilette par de nombreux japonaises et japonais afin de respecter les strictes mesures imposées par le gouvernement.

Ce trajet nous permet d'apprendre que les japonais adorent le golf, que nous sommes actuellement en saison de pluie, que le temps de trajet moyen pour se rendre au travail d'un habitant de Tokyo est de 1h20 et pleins d'autres petites anecdotes.

Entre deux averses, nous apercevons même Fuji. Je profite également de ce temps pour m'initier à la culture locale et dévorer le roman best-seller japonais qu'Adeline m'a offert !

13h plus tard, nous sommes reçu à Kinosaki comme des héros, les locaux dans les rues avec le drapeau suisse.


Frédérique

  Préparez-vous pour les épreuves d'aviron des JO de Tokyo!     Mardi 6 juillet 2021